Skip to content

Premier texte en lice

Voici le premier texte  du premier test sur les séries. Ce texte est l’introduction d’un potentiel pilote de série. Prenez le temps de le lire et éventuellement de nous faire des remarques. Nous vous proposerons bientôt de voter pour plusieurs introductions potentielles. 

 

Death_and_Fire

 

La sirène se tait enfin. La lumière bleue arrête de tourner au-dessus du camion. Les trois pompiers se relâchent. Mario s’effondre sur le volant. Le jeune se met en arrière en expirant. Le sergent, lui, descend. Il enjambe les racines du tamarin pour gagner le comptoir décrépit où une radio monologue. « Deux heures ! Deux heures. Ils ont mis deux heures à venir sur l’accident. Les morts attendaient. » En voyant l’uniforme bleu à liseré rouge du sergent, le patron coupe le son.

− Trois cafés, demande le pompier.
− Désolé. C’est la radio. Ils n’arrêtent pas de se plaindre, s’excuse le cafetier.
− C’est rien, ça n’arrête pas. J’ai l’impression d’avoir enchaîné deux jours de l’an.
− Je vous offre les cafés. Vos gars veulent pas s’asseoir ?
− C’est gentil. On repart.
− Allez, ne perdez pas de temps. Vous avez du boulot ?
− On a fini. Enfin!
− Pourquoi il y a tous ces accidents ?
− Je n’arrête pas de me le demander.

La grosse pogne de Mario attrape le café. Le pompier engloutit le gobelet sans attendre les autres et sans lâcher son volant. Le jeune souffle sur le sien comme si c’était un chocolat. Le sergent se perd dans le mouvement brownien.

−Je prends le volant, lance-t-il.
−On est presque à la caserne, chef, buvez votre café ! réplique Mario.

Il n’a pas démarré le véhicule que le central appelle.

− Que se passe-t-il ? décroche le sergent.
− Vélo fauché sur le boulevard Sud, devant Réunion 1ère, explique une voix de femme.
− Et l’équipe C ? interroge le sergent.
− Déjà sur Sainte-Marie. On est en Orsec et tout le monde est pris.
− On fait un saut, précise le sergent, le temps de changer de chauffeur.
− Laissez, chef, j’y suis, c’est plus simple ! lance Mario. Y a le Smur qui doit venir ?
− Oui, répond l’opératrice.
− Alors, je conduis, annonce le chauffeur. J’ai un record personnel à exploser !

Le sergent est fatigué. Il n’a que le temps de se rattacher et le camion s’élance sur le boulevard Sud. Mario est un bon conducteur. Il est six heures. Le soleil est encore raisonnable. L’ambulance jaune du Smur arrive loin derrière. Le regard du sergent se perd dans ses pensées. Le camion entre sur le rond-point. Le sergent aperçoit le 4×4 qui entre au même moment. « Mario ! La »… lâche-t-il. Il n’a pas le temps de terminer.
Le café explose de sa tasse. Le front du jeune se prend de plein fouet le pare-brise. Les bras de Mario dansent en l’air. Le camion part sur deux roues fait un demi-cercle puis se couche sur le côté.

Le sergent est bloqué par quelque chose. Sa ceinture. Il aperçoit une lumière bleue s’approcher. Il a un goût de sang dans la bouche, une odeur de plastique brûlé dans le nez. C’est une voix de femme qui parle dans une radio. « Docteur Pausé, VSAV accidenté, je répète VSAV accidenté. Il me faut du renfort ! » Un homme passe la tête,  touche la gorge du sergent. « Pierre, tu m’entends ?» C’est Pradesh l’ambulancier du Smur avec qui Mario fait la course. Le sergent ne peut lui répondre. Quelque chose le gène. Il sent qu’il part à la renverse. Non, il doit dire quelque chose. Ces accidents…

 

illustration: Paul Klee, « Death and Fire », 1940, centre Paul Klee, Berne

Share

47 Comments

  1. Muriel Muriel

    Je viens de les relire une semaine après, c’est bien celui-ci que je préfère et qui m’est resté en tête…

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci Muriel!

  2. Aurélie Aurélie

    Je vote pour celui là, le seul que j’ai eu vraiment lu en entier

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci beaucoup Aurélie!

  3. Elise Elise

    Bonjour,

    J’ai envie de connaitre la suite!

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci beaucoup!

  4. Romain Romain

    J’aime forcément ce sujet, je suis curieux de lire la suite! Bravo

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Pourquoi aimez-vous forcément ce sujet? Vous nous intriguez. On veut savoir ! 🙂

      • Romain Romain

        Je suis moi même ancien pompier… Quand ce sont les copains c’est différent…

      • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

        Intéressant! Si cette série est choisie, nous allons avoir besoin de conseils techniques 🙂

      • Romain Romain

        Oups désolé pour la faute!

      • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

        J’ai corrigé 🙂

  5. PBO PBO

    Petit détail mais qui semble avoir une certaine importance dans le cas présent : les pompiers, en opération, sont dispensés, me semble-t-il, du port de la ceinture de sécurité. Pour le reste, c’est plutôt pas mal et me rappelle quelques souvenirs…

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci PBO pour cette précision importante. Nous rectifierons le texte après les votes.

  6. Hummel Véronique Hummel Véronique

    « Quelque chose le gêne » et non « quelque chose le gène ».

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci Véronique!

  7. LEAR LEAR

    Hello Nicolas,
    Il me manquerait une description des bruits ambiants et de la panique autour de l’accident pour contraster avec la solitude intérieure du sergent…

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci beaucoup pour la suggestion!

  8. Olivier Olivier

    Bonjour,

    Lecture rapide. J’aime assez. J’ai envie de connaître la suite.

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci!

  9. Noro Noro

    Je trouve que la nouvelle version est plus claire. Le début est plus facile à suivre (dans l’ancien, on se perdait sur l’identité des personnages). Le « hang out » à la fin est sympa. On a envie de connaître la suite.

  10. Lupoète Lupoète

    C’est mieux. Plus clair. Chouette que le texte se modifie sous nos yeux suite à des réflexions, des remarques ! L’écriture humble et la lecture active: un autre rapport se crée entre l’écrivain et le lecteur, plus égalitaire, plus confiant. Merci pour cette nouveauté !

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci!

  11. Amibe Amibe

    Bonjour Nicolas

    Pas sûr d’être trop pertinent sur cette lecture.

    J’offre ce qui me gêne dans ce début de récit.

    « La sirène se tait enfin. La lumière bleue arrête de tourner au-dessus du camion. Les trois hommes se relâchent. Mario s’effondre sur le volant. Le jeune se met en arrière en expirant. Le sergent, lui, descend. »

    Phrases très courtes qui joue à contrario du tempo du récit.
    Ici, c’est un moment de détente, de relâchement, les personnages vont souffler. Hors les phrases courtes donnent de l’accélération à un texte.
    On est à rebrousse-poil du tempo.

    « les trois hommes »… lorsqu’il s’agit de trois pompiers.
    Ce mot, pompiers, serait plus approprié pour mieux mettre le lecteur dans la situation.

    Pour le reste.
    La sirène se tait « enfin ». Pourquoi enfin ?
    Arrête de tourner ? Pourquoi arrête de tourner, lorsque sur les lieux d’accidents les gyrophares continuent à tourner.

    Mario s’effondre sur le volant. Pourquoi s’effondre ?
    Le jeune se met en arrière en expirant. Se met n’est pas descriptif, pourquoi expire-t-il ? (On dirait qu’il meurt ici, s’étirant ?)

    La question qui se pose ici, c’est : sont-ils vraiment en intervention ?
    Quand on arrive, on se précipite pour assurer les secours, non ?
    Donc où sont-ils en réalité.

    Ce sont des pompiers, mais ils n’ont aucune résistance à l’effort ?
    Pourquoi ?

    Il manque des mots (des adjectifs) pour expliquer la situation. Pourquoi ces trois pompiers sont crevés ?

    « Les morts attendaient ». (sic, je ne comprends pas cette phrase)
    Si les gens sont morts, on ne fait pas intervenir les pompiers. S’il s’agit de deux heures en trajet de nature sauvage, on envoie un moyen plus rapide… si c’est possible.

    Idem pour cette phrase :
    − Pourquoi il y a tous ces accidents ?

    Quels accidents ?
    Moi, je ne les ai pas vus.
    => Ces accidents, le premier de l’an ? (pourrait suffire comme explication)
    ou alors depuis la semaine dernière

    « En fait je ne connais pas le mouvement Brownien. »
    Oui, très bonne remarque
    Pourquoi utiliser ce mot-là (très spécialisé)… dans la bouche d’un pompier ?
    Ça détonne. Ou demande des explications de la part du sergent.
    Au moins pour expliciter de quoi il s’agit pour le lecteur néophyte.

    Autres points, qui eux ne sont pas logiques.

    « le camion s’élance sur le boulevard Sud. »
    Ils ont mis deux heures alors qu’ils sont sur un boulevard ???
    Ou alors ils ont mis deux heures pour revenir à l’entrée de la route, ce n’est pas clair.

    (sergent) « Il n’a que le temps de se rattacher »
    Et
    Le front du jeune se prend de plein fouet le pare-brise (pourquoi, il n’est pas attaché, lui ?)

    Les bras de Mario dansent en l’air. (Lambada ? ;o)
    Question : pourquoi ? c’est Mario qui conduit et le camion n’est pas encore en train de se coucher. Alors pourquoi « dansent »… lorsque le réflexe primaire est de se raccrocher au volant)

    « « Mario ! »… lâche-t-il. Il n’a pas le temps de terminer. »
    Eh bien, si, il a terminé me semble-t-il. Ou alors il manque des mots
    => « « Mario ! Le… » lâche-t-il.

    On termine par « Ces accidents… » comme un écho de la discussion plus haut. Sauf que justement, on ne sait pas de quoi il s’agit. Ces accidents… de premier de l’an ?

    Je mets « premier de l’an », parce que c’est dans le dialogue des personnages.
    Mais ça pourrait être autre chose

    J’aurais bien vu aussi : « ces accidents browniens… » à la fin.
    Pour bien montrer au lecteur que ce mot n’est pas là par simple hasard ou facilité de l’auteur.

    Bref, l’idée de départ est honnête. Mais il « me » manque beaucoup d’éléments, faute de quelques mots, bien choisis, qui ne sont pas encore descendus dans le texte.

    Sans doute que la suite éclaire mieux le tout, puisqu’on est loin des 40 minutes promises.
    L’Amibe

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci pour votre long commentaire, je prends le temps de le lire à tête reposée. Pas mal de donnée et de remarques constructives.

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Après une relecture attentive de votre relecture attentive, je vais vous répondre sur certains détails, mais pas sur tous. Vous pointez des « incohérences » qui sont des détails très importants de l’histoire. Si je vous les explique, je gache la suite. Si le texte n’est pas choisi, promis, je le fais sans problème, sinon, je vous laisserai lire l’ensemble du pilote.
      J’ai beaucoup aimé votre réflexion sur le départ, qui est très juste (avec l’idée de mettre les pompiers à la place des hommes). Ils se reposent donc, ils devraient avoir un rythme ralenti. Malheureusement, elle va à l’encontre du rythme que je veux donner au texte et à l’atmosphère d’une situation qui n’est pas « normale ». Merci en tout cas, je vais réfléchir à la piste des « mots » qui vous manquent pour vous faciliter la lecture. Je suis à la recherche d’une écriture suffisamment élyptique pour que le lecteur soit en éveil, mais pas trop pour qu’il soit perdu. Pas simple.

  12. zoe zoe

    bonjour,

    Je découvre! la série s’ouvre avec fracas, j’ai hâte de lire la suite!
    « Le jeune » et « le sergent » n’ont pas de nom… peut-être les nommer les humaniserait plus. Les dialogues sont très réalistes.

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci beaucoup pour votre encouragement!

  13. Thierry Thierry

    Bonjour, j’ai bien aimer cette introduction, j’attends de lire la suite !!!
    Bonne continuation !!!

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci beaucoup Thierry!

  14. Le fait est que des tirets seraient « mieux-venus » 😉 Y a-t-il également une manip qui permette de mettre les commentaire récents et la proposition de commentaire sous le texte ? Dès que des centaines de lecteurs 😉 se seront manifestés, il faudra faire dérouler des dizaines de pages pour y avoir accès = abandon !?
    Ceci dit, j’aime beaucoup cette introduction !

    • mickael.hoareau mickael.hoareau

      Salut Joëlle, on a réglé le soucis des tirets 🙂

      Et on prend note pour les commentaires.

      Merci pour ton retour !

  15. Lo Lo

    Intéressant.

    Gros obstacle à la lecture, de mon point de vue : la mise en page ( pourquoi remplacer les tirets par des points dans les dialogues ? le trait vertical dans la marge : ça gêne, et ça ne correspond à rien.)

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Effectivement, gros soucis les points, on essaye de le régler. Merci pour vos remarques.

      • mickael.hoareau mickael.hoareau

        C’est réglé 😉

  16. Claire Claire

    Moi aussi me suis un peu perdue dans les personnages… sinon ça fait un peu remake d’urgences, n’y a t-il pas un risque de tomber dans le « déjà – vu  » ??
    A part ça, belle écriture trépidante 🙂

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Urgences, Grey’s anatomy, Code Black… les modèles ne manquent pas. Nous verrons si nous échappons aux clichés. Merci de votre lecture et de vos remarques!

  17. Laïla Laïla

    J’ai eu du mal à comprendre également.
    Le camion arrive avec sirène et gyrophares pour s’arrêter devant un bar/café ?
    J’aime les dialogues et le fait qu’on puisse plus ou moins situer l’action.

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci! On modifie en cours de route.

  18. Françoise Françoise

    Je pense à une grosse perturbation qui va atomiser la Réunion. En fait je ne connais pas le mouvement Brownien.
    Bien j’attends les autres propositions de texte avec impatience.

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Le mouvement Brownien est une description des mouvements chaotiques, y compris ceux des molécules du café et du thé. Dans son guide du voyageur galactique, Douglas Adam imagine des vaisseaux mus par des tasses de thé. C’était un clin d’oeil. Par contre, perturbation majeure, il y aura si ce texte voit le jour 🙂

  19. Françoise Françoise

    Oui, le cadre est plus posé. Petite question au sujet du « mouvement Brownien » : est-ce un élément qui intervient dans la suite du récit ?

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Héhé, vous pensez à quoi?

  20. Nicolas BONIN Nicolas BONIN

    Merci Françoise beaucoup. J’ai une petite modification au début du texte pour tenir compte de vos remarques avec Laure. Dis moi ce que tu en penses.
    Nicolas

  21. Françoise Françoise

    Bonjour Nicolas. Je me perds un peu au début, et n’arrive pas à savoir combien de personnes sont dans ce camion, donc relecture. Peut-être pourrais-tu donner les prénoms dès le début ?
    J’aime bien :
    les dialogues : c’est court et direct
    « le soleil est encore raisonnable »
    le dernier paragraphe, dont la lumière bleue qui revient, les sens en éveil

  22. Laure Laure

    Bonjour et bravo pour ce projet. Belle introduction qui donne envie de connaître la suite. Par contre, j’ai dû la relire pour comprendre combien il y a de personnages et m’assurer que Mario n’est pas le sergent.
    Maintenant, j’attends la suite

    • Nicolas BONIN Nicolas BONIN

      Merci Laure pour tes encouragements et pour ta remarque! Nous en tiendrons compte si le texte passe au stade du « pilote ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *